L'empire d'Ethiopie, sans débouché maritime durant plusieurs siècles, est resté isolé dans la Corne de l'Afrique.


Conscient que cette situation est un handicap au développement de son pays, sa Majesté, l'Empereur Ménélik II, accorde par contrat le 11 février 1893 à monsieur l'ingénieur suisse Alfred Ilg la concession d'un chemin de fer, à construire en trois tronçons, allant de Djibouti à Harrar, de Harrar à Entotto, alors capitale de l'Ethiopie, et de Entotto au Nil Blanc à travers le Kaffa.

Le 09 mars 1894 Alfred Ilg crée la Compagnie Impériale Ethiopienne C.I.E.


    


Le 27 avril 1896, les autorités françaises accordent l'autorisation de passage par la Côte Française des Somalis.

Le concessionnaire, en association avec un ingénieur français, M. Chefneux, fonde le 07 aout 1896 la Compagnie Impériale des Chemins de fer Ethiopiens, la C.I.E et les premiers coups de pioche sont donnés en octobre 1897.
Les travaux débutent dans un pays tourmenté, désertique, à la population hostile. Devant toutes les difficultés techniques rencontrées, il est décidé que le chemin de fer ne passe pas à Harrar. L'Empereur Ménélik autorise l'installation du terminus de la première section à Addis-Harrar, situé plus bas sur un plateau.
Dès 1900, un groupe anglais, l'Océana, étudie la possibilité de construire une ligne de chemin de fer reliant le port anglais de Zeila en Somalie à Addis-Harrar, prouvant ainsi l'intérêt que porte l'Angleterre au chemin de fer de Djibouti. La jonction avec la voie en provenance de Djibouti se ferait entre les stations de Harraoua et El Bath, à une cinquantaine de kilomètres de la fin de la première section.

Afin de ne pas confondre Addis-Abeba avec Addis-Harrar, les ingénieurs de la compagnie baptisent le lieu et la gare du nom d'un petit village voisin, « Dire Daouah » qui sera atteint le 24 décembre 1902. La première section du tronçon terminée, les travaux doivent se poursuivre, et par la vallée de l'Aouache le chemin de fer doit atteindre la capitale Addis-Abeba à 430 kilomètres, puis se diriger sur la rivière Didessa 300 km à l'ouest d'Addis, principal affluent de gauche du Nil Bleu, traversant ou suivant les limites des provinces Gallas extrêmement fertiles du Gourague, de Nonno, du Djimma, du Limmou, du Rogue et de Leka. A la rivière de Didessa, la gare terminus se trouvera à proximité de l'Ilo-Babor, du Goumma et du Kaffa, les plus riches contrées de cette partie ouest du plateau. Le chemin de fer de Djibouti ainsi achevé, drainera toute cette partie méridionale du plateau, la plus fertile des provinces du Nord.

En proie à de difficultés financières, la Compagnie Impériale des Chemins de fer Ethiopiens dépose le bilan le 06 juin 1907.

Le 30 Janvier 1908, une nouvelle société, la Compagnie du Chemin de fer de Franco-Ethiopien (C.F.E.) de Djibouti à Addis-Abeba est crée. Les travaux reprennent à la fin de l'année 1909. La voie arrive à Akaki le 20 mai 1915. Aux termes de 784 km, à une altitude de 2400 m la capitale Addis-Abeba est atteinte le 17 juin 1917 date d'ouverture à l'exploitation commerciale du chemin de fer.

La gare d'Addis-Abeba est inaugurée le 03 décembre 1929.

En 1936 durant l'occupation de l'Ethiopie, les italiens étudient la construction de nouvelles lignes à partir Addis-Abeba :
- Addis-Abeba, Dessié, Adigrat, Massawa : longue de 1000 km.
- Addis-Abeba, Dessié, Assab.
- Dessié, Gondar, Om, Ager.
- Addis-Abeba, Meghelli, Dollo, Mogadiscio.

Tous ces projets sont abandonnés en raison des opérations de guerre.

De 1941 à 1946 l'administration Britannique reprend à son compte l'exploitation de chemin de fer.

Au milieu des années 1960 un projet d'embranchement d'une ligne de 370 km à partir de la gare de Nazareth, et en direction de la riche province du Sidamo vers Dilla, reprenait en partie le tracé Addis-Abeba, Mogadiscio. Ce projet n'aboutit jamais.

La société, Compagnie du Chemin de fer Franco-Ethiopien (C.F.E.) acquiert la nationalité éthiopienne en application du traité franco-éthiopien du 12 novembre 1959. Il octroie à l'Ethiopie des facilités dans le port de Djibouti, pour tout le trafic transitant par le chemin de fer. Ce traité est conclu pour une période expirant le 31 décembre 2016, qui en est en fait la date d'expiration de la concession de 99 ans donnée par l'Empereur Ménélik II.
Le 21 juin 1977 le Territoire Français des Afars et des Issas acquiert son indépendance et devient la République de Djibouti.

LA CREATION DU CHEMIN DE FER DJIBOUTO ETHIOPIEN.

Le 21 mars 1981 est créée la Compagnie du Chemin de fer Djibouto-Ethiopien (C.D.E.)

C'est un établissement public binational dont le traité est signé conjointement par les gouvernements Ethiopien et Djiboutien, qui en sont les copropriétaires. Le présent traité est conclu pour une période de 50 ans après ratification Il est administré par un conseil d'administration paritaire composé de membres représentant leur gouvernement respectif.

Grâce à la signature de ce traité, la constitution de l'Etablissement du Chemin de Fer ainsi que le service qu'il assure sur la ligne reliant les deux pays, renforcent les liens des deux signataires. L'intention des deux gouvernements, est non seulement de favoriser le développement économique et social de leur pays respectif, mais aussi celui de la région environnante.

Suite à la signature du traité, le chemin de fer a été réorganisé et une attention particulière est donnée, aux investissements, à l'acquisition de matériels modernes, aux travaux de réfection de la voie et des ouvrages d'art.

C'est sur cette base, dans la continuité des relations cordiales entretenues par les gouvernements Ethiopien et Djiboutien, que le C.D.E digne héritier de la C.I.E poursuit l'œuvre entreprise par Ménélik II, pour moderniser son pays et l'ouvrir au monde moderne...